FIDAfrique | IFADAfrica

Le PADC se déploie

Après quelques atermoiements qui ont émaillé son décollage en 2003, le projet d’appui au développement communautaire (PADC) marche aujourd’hui comme un train sur les rails

Lancé officiellement en juin 2003 par Augustin Frédéric Kodock alors ministre d’Etat en charge de l’agriculture, le PADC a -comme un nouveau né- fait ses premiers pas dans six unités de planifications villageoises donc respectivement trois au Centre et trois à l’Extrême-nord, les deux provinces couvertes par le Projet.

Elesogue, Nkolawono, Eyene, Vele-gueme, et Kartoua furent, entre autre, les tous premiers villages sélectionnés par le projet pour tester l’applicabilité de son approche. Aujourd’hui, avec plus de 100 nouveaux villages couverts, l’on peut dire que ce fut un coup d’essai un coup de maître.

Quelle action ?

Les activités du Projet d’Appui au Développement Communautaire s’articulent autour de trois composantes techniques et d’une composante managériale. Une autre composante est en gestation.

La composante développement des capacités est la première composante du projet. Elle est en réalité l’outil qui introduit le PADC dans les unités de planification sélectionnées sur la base d’une étude monographique. Elle lance les activités du Projet par la planification villageoise qui aboutit à l’élaboration du plan de développement villageois (PDV). Celui-ci (le PDV) étant l’élément essentiel pour l’intervention. C’est ce qui donne la possibilité aux autres composantes notamment l’appui aux activités génératrices de revenus (AGR) et les (MISE) micro infrastructures sociales et économiques. Ces deux dernières composantes ont donc pour mission de déployer les activités selon les besoins exprimés par les communautés en respectant les critères de prioritisation et en fonction des ressources financières disponibles. Ainsi ces communautés sont formées par les OAL dans les domaines tels que la porciculture, la pisciculture, l’aulacaudiculture, l’aviculture etc. en ce qui concerne l’élevage. Les secteurs agricole et artisanal occupent également une place prépondérante dans le déploiement de cette composante.

Les MISE quant à elles, permettent aux communautés de se doter des infrastructures de base : salle de classe en matériaux définitifs et équipées en table-bancs et bureaux, cases de santé moderne, puits équipés de pompe à motricité humaine, hangar pour marché, aires de jeu pour le football, cases communautaires, maisons de stockage, etc.

Depuis 2006 les MISE se déploient aussi dans le domaine très complexe de la réhabilitation des pistes rurales. Une activité très saluée et soutenues par les communautés qui voient en cela la possibilité de sortir de l’enclavement. Une aubaine qui leur permettra à terme d’avoir les possibilités de se déplacer pour écouler leurs ressources agricoles ou d’élevage.

Le rôle de la nouvelle composante en gestation sera de concevoir et de diffuser toutes informations du FIDA, du PADC et des autres partenaires auprès des communautés et de l’opinion. Ceci se fera par le biais de plusieurs canaux : bulletin d’information sur la forme d’un magazine (padc infos), fidafrique.net, émissions radiophoniques et audiovisuelles et tout support possible.

(PDF, 664.8 ko)

(PDF, 549.8 ko)

26 avril 2006

© Fidafrique | Plan du site | Contacts | Crédits | FIDA | Portail Pauvreté Rurale | WEBMAIL

  • Jordan Shoes
  • Lebron 11
  • Jordan 10
  • Nike KD VI
  • jordan 3s fire red,size 7 jordan retro,jordan 6 toro,jordan 12s taxi